Sorry, your browser does not support JavaScript!

Kawah Ijen

Publié le 22/12/2014
Visionné 1716 fois
Kawah Ijen
KAWA IJEN : les porteurs et les « blue fires »

Kawa Ijen, aussi appelé le «cratère vert», est un volcan situé à l’Est de l’île de Java tout proche de Bali. Il culmine à environ 2 400m et tire son surnom du lac turquoise qu’il abrite dans son cratère. Mais résistez à l’envie d’une baignade, ce lac est réputé comme étant le plus acide au monde. Le volcan Ijen rejette des gaz toxiques qui acidifient les eaux du lac. Il produit également du souffre liquide qui se cristallise au contact de l’air formant des amas jaunes orangées.

Si certains touristes commencent leur ascension du kawa Ijen au milieu de la nuit, c’est parce que le volcan abrite un phénomène nocturne exceptionnel: les « blue fires ». Les gaz qui s’échappent du volcan s’enflamment avec la chaleur du soufre liquide créant des flammes d’un bleu électrique surnaturel. Ce phénomène presque irréel fait l’objet de nombreux documentaires.

Ce qui fait la réputation du Kawa Ijen ce sont également ces travailleurs qui viennent chaque jour à l’aube récupérer des blocs de soufre pour les vendre dans la vallée. Vous verrez par vous-même que les 3km d’ascension sont loin d’être une promenade de santé, et vous serez d’autant plus étonné de voir avec quelle rapidité les porteurs peuvent monter et descendre ce volcan plusieurs fois par jour, le tout avec 80 kilos de soufre sur le dos. Au péril de leur vie et avec un mouchoir humide comme seule protection, les hommes descendent dans le cratère au plus près des émanations de gaz pour récolter le soufre cristallisé. Une fois descendu dans la vallée, ils vendent leur charge environ 700Rp le kilo, soit un peu moins de 0.05€. En faisant 2 à 3 allers retours par jour, ils peuvent alors espérer un salaire un peu plus élevé que la moyenne dans cette région de l’île de Java. Une fois transformé le soufre servira (entre autre) à l’industrie sucrière ou celle de la cosmétique. Malgré les difficultés de leur métier, les porteurs d’Ijen en sont fiers. Ils poseront volontiers pour une séance photo en échange d’une cigarette ou d’un peu d’argent. Ils aiment également défier les « bule » (étrangers en indonésien) en leur proposant de (tenter de) soulever leur panier rempli de blocs de soufre.

Même si la dernière éruption meurtrière a eu lieu en 1817, le volcan est toujours en activité et est surveillé de près. Les autorités peuvent en cas de risque fermer le site aux touristes, comme ce fut le cas en Mars 2012.