Sorry, your browser does not support JavaScript!

L’ascension du mont Batur

Publié le 10/12/2014
Visionné 2460 fois
L’ascension du mont Batur
C’est sur un coup de tête que nous avons décidé de partir pour le Mont Batur, au nord de Bali.

Départ matinal de Seminyak avec un des chauffeurs de Bali Passion… encore deux heures de route nous attendent. L’ascension se fait avec un guide local, et bizarrement aucun mal pour en trouver un, même à 3 heures du matin. Equipés de simples lampes torches, nous, grimpeurs encore novices, nous lançons dans l’ascension des 1700 m du Mont Batur.

L’excitation nous gagne, la bonne humeur est au rendez-vous, la montée est facile. Mais les choses se corsent vite, le chemin est de plus en plus raide et graveleux. Au bout d’une heure, les premiers signes de fatigue commencent à se faire sentir. Nous n’étions pas seuls à tenter l’ascension du Batur ce matin-là, les lampes des grimpeurs semblaient former une chenille de lumière le long du volcan.

Arrivés à un des paliers, le guide nous fait comprendre que l’arrivée n’est plus qu’à 20 minutes de marche, un regard à suffit à tous nous remotiver. On y était presque ! Un dernier effort et nous y sommes enfin, nous sommes arrivés au sommet du Mont Batur ! Le spectacle du lever de soleil tant mérité est la et il vaut tous nos efforts. Le lac apparait peu à peu et on commence doucement à apercevoir au loin l’île de Lombok. Magnifique ! Le spectacle nous ferait presque oublier la température nettement plus fraiche qui règne au sommet.

Pour nous redonner des forces notre guide nous amène notre petit déjeuner cuit à la chaleur du volcan: un pain aux bananes et un œuf dur. Nous sommes ensuite partis observer le cratère et les vapeurs de soufre qui s’en échappent. Oui des vapeurs de soufre. Le volcan est aujourd’hui considéré comme endormi. La dernière éruption meurtrière remonte au début du siècle dernier, rayant de la carte le village de Batur. Comme tous les volcans d’Indonésie, le Mont Batur est aujourd’hui surveillé de près et fermé au public au moindre risque d’éruption. Retour à notre trek, il est 7 heures du matin, l’heure d’entamer la descente. Le soleil commence à nous réchauffer, il faut refaire le chemin en sens inverse. La fatigue due au manque de sommeil rend la descente plus difficile, nous avions hâte de regagner la voiture. Une bande de singes croisée sur le chemin nous redonnèrent le sourire. De retour au pied du volcan, nous les nocives en trekking, étions fiers et heureux de ce que nous venons d’accomplir.

Pour finir cette matinée sportive, et comme le dit si bien l’expression : « après l’effort, le réconfort », nous nous sommes offerts un petit moment de détente bien mérité aux sources d’eau chaude Hot Spring Water près du volcan.