Sorry, your browser does not support JavaScript!

Les danses balinaises

Publié le 11/04/2017
Visionné 165 fois
Les danses balinaises
Lors de votre voyage en Indonésie, et plus particulièrement à Bali, vous pourrez assister à des cérémonies traditionnelles et voir des danses différentes de celles que l’ont peut connaître en Europe. Les danses balinaises permettent aux prêtres de convier les dieux et les ancêtres à honorer de leur présence une cérémonie religieuse.Elles accompagnent également les rites de passage (cérémonies de croissance des enfants, mariage, crémation), ou permettent d’exorciser les forces démoniaques (pendant Melasti ou Nyepi par exemple). Elles ont des origines très anciennes, et ont été influencées au cours des siècles par l’Inde, la Chine, l’Europe, ou certains récits javanais.

Accompagnées des percussions subtiles et complexes du gamelan, les danses balinaises consistent en un enchaînement de gestes abstraits ou codés, et de mouvements rapides des yeux pour en souligner le rythme et les accents. Admirez la grâce des mouvements, les expressions et les costumes éblouissants - dignes de princesses de légendes - sans espérer en suivre l’intrigue, car toutes les danses ne racontent pas nécessairement une histoire.

Vous le verrez lors de vos vacances à Bali, il n’existe non pas une mais plusieurs danses balinaises, dont certaines s’adressent aux dieux, d’autres aux hommes, vous le verrez lors de votre séjour à Bali. Les danses sacrées, comme le pendet, le gabor, le wayang wong, le baris gede et le topeng pejegan, sont exécutées dans l’enceinte centrale du temple. Les danses cérémonielles, comme le Râmâyana et le gambuh, se donnent dans la cour intermédiaire. Enfin, les danses profanes se donnent à l’extérieur du temple. Les plus populaires sont le legong, le kebyar et le baris tunggal.

Le gambuh est considéré comme la danse la plus ancienne. C’est une danse de cérémonie nécessitant des dizaines de danseurs, de percussions et de costumes. À la fin des années 80, elle était en train de disparaître, mais elle a été réhabilitée par une danseuse italienne. Contrairement à d’autres, elle n’a pas été modifiée pour un public de touristes.

Le très profane joged, sorte de joute dansée à connotation érotique, est très populaire dans tout Bali. Il s’agissait à la base d’un loisir pour les travailleurs des champs. Les danseuses, lourdement maquillées, aguichent leurs partenaires choisis parmi les spectateurs. Contrairement au kecak, barong ou legong, le joged est rarement présenté en version touristique. Vous pourrez y assister lors de grandes fêtes avec les Balinais – véritables kermesses agrémentées de jeux et de combats de coqs -, échappant ainsi aux danses aseptisées des hôtels.

Les spectacles organisés dans les villages sont en général plus authentiques que ceux des hôtels. N’hésitez pas à vous renseigner sur les cérémonies se déroulant dans les temples des villages voisins. Lors de votre voyage à Bali, vous verrez des spectacles de qualité au Palais d’Ubud, au Water Palace et au temple Pura Dalem. Le musée ARMA organise également des spectacles de kecak dans son théâtre de plein air les soirs de pleine lune.

Lors de vos vacances à Bali, vous pourrez voir des spectacles de gambuh au temple du village de Batuan, dans la région d’Ubud, à Bali. Le plus impressionnant est celui de Padangaji, dans la région de Sidemen, où se situe la troupe la plus réputée. Il y a conservé sa forme originelle, avec 45 danseurs, musiciens et chanteurs aux costumes tissés de fils d’or et d’argent.

Si vous avez eu le coup de cœur pour les danses balinaises, vous avez la possibilité de prendre des cours d’initiation pendant votre séjour. Il existe également des cours spécialement adaptés pour les enfants.